Loman Art Cataglogue (PDF)

Vernissage – Dakar Junctions chez Loman Pawlitschek : Un carrefour de rêves artistiques

Loman Pawlitschek, Barkinado Bocoum, Sébastien Bouchard, Sophie Markl, Daniel Ngassou et Manel Ndoye exposent depuis mercredi dernier, dans les locaux de Loman Art aux Mamelles. Leurs créations offrent à voir divers modes d’expressions et constituent surtout un carrefour de rêves artistiques.

L’artiste Loman Pawlitschek dans sa villa-atelier, sise au quartier Mamelles, fredonne une mu sique envoutante devant une foule d’invités. Sa chanson est accompagnée par les notes de musique de quelques virtuoses de l’orchestre national du Sénégal. Le spectacle est de courte durée. Loman voulait juste, à travers cette brève introduction musicale, lancer l’exposition Dakar Junctions, qui réunit plusieurs artistes de divers horizons. Dans la cours de sa villa, qui a déjà accueilli en mai dernier une impressionnante exposition Off du Dak’art, les œuvres de Loman Pawlitschek rayonnent et trônent majestueusement sur divers supports. Elle est connue déjà pour son talent à récupérer des matériaux qu’elle fait revivre en les transformant comme outils de la vie quotidienne. Mais pour Dakar Junctions, elle crée des œuvres uni ques teintées de spiritualité qui permet à l’esprit de s’évader, en décorant un mur, un toit ou simplement l’espace. Qu’elles soient réalisées en miroir, pierre, céramique ou verre, ces mosaïques offrent une ambiance chatoyante et colorée. C’est le cas du mini-avion volant qu’elle a incrusté dans un mur de glace, pour faire design et changer le décor de sa courette.
Loman Pawlitschek offre par ailleurs un large choix de matériels. Outre les lampes ou guirlandes lumineuses de chambre qu’elle fabrique, on retrouve dans sa collection, des meubles très inspirés et confectionnés à partir du matériel de récupération, des verres, des assiettes décorées, des chaises… Mais, elle n’est pas la seule à offrir du beau dans Dakar Junc tions. Divers modes d’expressions sont présentés par d’autres artistes : peinture, créations en métal recyclé, mosaïque, statuettes… Le peintre sénégalais, Bar ki­nado Bo coum, fait bonne figure dans cette exposition collective. Ses tableaux sont une conjugaison de l’abstrait et du figuratif. Des œuvres qui ressemblent bien à des puzzles. En réalité, pour traduire l’imperfection de l’être humain, ce peintre utilise l’aquarelle, l’acrylique et les techniques mixtes. Et le résultat donne des personnages en mouvement, pleins d’énergie ou dans des positions pensives. Ici, ces ta bleaux présentés : Elan, Ron­geur, Le chemin des épines, Camou flage… ne sont pas une nouveauté. Ce n’est pas n’ont plus une découverte pour les habitués de galerie. Barkinado Bocoum, diplômé de l’Ecole nationale des Beaux-arts de Dakar en 2005, avait récemment présenté cette collection lors d’une exposition au Timtimol.
Sébastien Bouchard, un autre artiste de l’exposition Dakar Junc tions et dont les œuvres marquent les esprits, présente une sor te de carnets de voyages «entoilés», où les portraits sont réalisés à l’acrylique avec de l’encre sur toile. Santa Muerte, Comme un air, O Coqueiro, Voila l’été sont, entre autres, des œuvres de l’esprit qui témoignent que cet artiste n’est pas cloisonné, mais qu’il rapporte dans sa création une partie de ce qu’il reçoit à travers ses voyages dans le monde. Sa collection de peintures est sans nul doute, une ouverture sur plusieurs frontières. Cela semble être également la démarche de l’artiste camerounais Daniel Ngassou. Lui, réalise des portraits avec de l’huile sur toile. Ces œuvres tels des photos posés racontent une vie ou un récit de société. La mère Masaï ou encore La fille peule semblent bien chanter la beauté de la femme africaine, la beauté noire. En somme Dakar Junctions est une belle démarche collective de ces artistes de talents. Les portes de cette villa-galerie, sise aux Mamelles, sont ouvertes au public jusqu’au 14 décembre prochain.

« back